Madame entre en ville...

La source de la Nèhe (Fontaine Chaude)
La source de la Nèhe (Fontaine Chaude)

Dax 20 août 2016

 

Nous sommes arrivés à Dax vers les quatre heures de l'après-midi et sommes allés directement au petit studio que j'avais réservé depuis des mois (véritable parcours du combattant pour trouver un studio à mon goût, et au goût de mon porte-monnaie, proche des thermes et libre à la période choisie.!).

Une fois ma valise posée, le tour du studio fait, Lou et moi, sommes immédiatement repartis à la découverte de Dax, une ville où l'eau est la source de toute chose. Initialement nommée Aquae Tarbellicae, "les eaux des Tarbelles", un peuple celte proche des Vascons, Dax doit son nom aux nombreuses sources qui y jaillissent.

Et puis il y a l'Adour qui baigne la ville, la rafraîchit et parfois l'inonde, mais lui fournit aussi la matière première du thermalisme, sa richesse actuelle : son limon et ses algues spécifiques à la base du fameux "péloïde".

 

C'est vers le monument emblématique de Dax, l'étonnante "Fontaine Chaude", symbole concret de cette manne, que nous nous dirigeons en premier !

C'est la source dite de la Nèhe, (Néha : déesse Celte-Ibère des eaux).

Imaginez... la source débite 2 400 000 litres d'eau chaude (62,5°) par jour ! Même au plus sec et au plus chaud de l'été, elle déverse sans faillir, ce flot continue presque brûlant ! 

Visite à la Fontaine Chaude. Et elle est vraiment chaude ! 

Fontaine Chaude - site officiel de Dax (dax.fr)
Fontaine Chaude - site officiel de Dax (dax.fr)

Cette eau comme toutes les eaux thermales de Dax, mais également celles de Préchacq, Tercis, et Saubusse, viennent de la même nappe souterraine née d'une fissure sur laquelle elles sont alignées. Leur température élevée et leur minéralisation sont acquises à une profondeur de l'ordre de 2000 mètres.

 

Après le peuple Tarbelle, ce fut au tour des Romains de s'installer et de fonder une cité.

Autour de la Fontaine Chaude, des débris et vestiges (fragments de baignoires, de colonnes, dallages et mosaïques, des restes de voûtes, murs et conduites d'eau...) semblent attester de la présence de thermes importants.

En 1976 des sondages et des fouilles dans un angle du monument qui s'effondrait, autour de la Fontaine, ont permis de mettre à jour, à environ quatre mètres de profondeur, les vestiges d'une construction importante constituant une partie du bassin romain.

 

Malgré son allure antique, avec le classicisme de sa forme et les colonnes du portique, le monument rectangulaire qui entoure aujourd'hui le bassin de la source a été construit au début du XIXe (entre 1814 et 1818)

(Sources - sans jeu de mots ^__~ ! - Blog Landes en Vrac - A PROPO DE LA NEHE)

 

Et depuis peu la municipalité Dacquoise a rendu piétonnes la place autour de la Fontaine Chaude ce qui permet d'en avoir une vue plus ample, d'en faire tranquillement le tour et de descendre les quelques marches vers les gueules de lion cracheuses d'eau thermale.

Le monument de la Fontaine Chaude à la fin du XIXe ou au début du XXe siècle
Le monument de la Fontaine Chaude à la fin du XIXe ou au début du XXe siècle

A la réputation de cetteFontaine Chaude on eut tôt fait d'accrocher une "jolie" légende : celle du "chien du légionnaire" romain. Un pauvre chien perclus de rhumatismes que son maître, devant partir en campagne ne pouvait emmener.

La statue du légionnaire réalisée par Jacques Lasserre - Rue Saint Vincent, place de la Cathédrale. (en 2016 et avant 2016)
La statue du légionnaire réalisée par Jacques Lasserre - Rue Saint Vincent, place de la Cathédrale. (en 2016 et avant 2016)

Le légionnaire romain résolut alors de le noyer dans l’Adour pour le soustraire aux tortures de la faim. 

Mais à son retour, et contre toute attente, il le retrouva gaillard comme un jeune chiot, et le tour fut joué....

Ainsi serait né le thermalisme à Dax...

 

Il est à noter que si pendant quelques années, de l'eau thermale et symbolique, coulait aux pieds du légionnaire, la petite rigole pavée où elle s'écoulait et dans laquelle baignaient les pattes postérieures de l’animal, a été depuis peu recouverte de planches par la municipalité : quelques personnes s'y seraient malencontreusement tordu les chevilles et les fêtards de la Feria ou simplement des "gens ordinaires" y auraient jeté toutes sortes d’immondices, s'ils ne s'y étaient pas laissé allé à pisser dedans... ou pire. 

Vulgum (ou vulgus) pecum...

 

Après cette visite du Dax du dessus, nous en avons visité les dessous : ce que l'on appelle ici la "crypte archéologique", avant de revenir au studio et se préparer pour une petite "virée by night" : Fleur qui depuis Paris avait un œil sur notre périple, nous a conseillé le "Bistrot des Vignes"... (Rue Neuve)

Le conseil s'avéra excellent !

La terrasse qui s'ouvre sur la ruelle piétonne a un petit air rétro et villageois qui fait envie.

La salle est incroyable.

A la fois exotique, avec ses couleurs chaudes et ses fauteuils en "zèbre", et régionale, tendance New-Orleans, avec ses bonnes bouteilles exposées dès l'entrée, sa fresque de joueurs de jazz au-dessus du bar, ses barriques, tonneaux, bois et pierres apparentes. Un univers !

La salle est encore presque vide, et l'eau nous vient à la bouche. Hélas... toutes les tables sont réservées ! C'est dire la renommée du Bistrot !

Nous prendrons donc simplement des assiettes de tapas qui se révélèrent être de pures petites merveilles, accompagnées d'un bon vin rouge... 

L'esprit ce soir est à la fête.

 

Et fête il y a, un coin de rue plus loin. Rue St Vincent. Le festival de musique estival "Garçon la Note" fait tourner, pour la 4ème année consécutive à Dax, 28 artistes, dans 28 lieux sur 28 dates !

Ce samedi soir, 20 août, c'est un duo de Bayonne, "Safred’on", guitare acoustique et intimiste et chanteuse éclectique et vibrante, montant crescendo vers un groove diablement électrique qui m'ont fait danser, swinguer plutôt, longuement, dans la nuit chaude de Dax. 

Ecouter des extraits ici 

Safred'on à Dax
Safred'on à Dax

Dimanche matin, hormis le marché couvert et ses produits locaux et fermiers, aux parfums et couleurs de l'été, Dax est vide. Lou, parti tôt, faire un tour plus élargi de la ville, me rapporte des pêches et des abricots.

Nous irons ensuite vers les berges de l'Adour, car j'ai rendez-vous avec un médecin thermal (c'est obligatoire) dont le cabinet se situe dans ce secteur.

 

Après un bon trois-quart d'heure d'attente celui-ci me reçoit. Je lui ai fait un petit topo écrit afin de ne pas perdre de temps en digressions et questions dont parfois les docteurs n'écoutent pas vraiment les réponses, occupés qu'ils sont avec leur ordinateur... Ainsi ils peuvent avoir un écrit au cas où, sous l'afflux de patients, ils oublieraient qui je suis et pourquoi je suis là.

Sage précaution : après un bref coup d’œil sur la feuille A4 et ses quelques lignes, ce dernier prend la parole, et je reste un instant interloquée : "Elle va à côté et elle se déshabille..." annonce-t-il à la ronde.

Evidemment, ne me sentant pas interpellée, je ne bouge pas. Et je me retourne même, pour voir s'il y a quelqu'un d'autre que nous deux dans la pièce.

Non. Nous sommes seuls.

Se pourrait-il comme j'ai pu le lire parfois, que ce docteur parle de moi à la troisième personne comme s'il commentait mes actions présentes ou futures à une tierce personne invisible... ? Je pensais que cela frisait la caricature. Et bien non "ça" existe...

Il réitérera cette hérésie en m'intimant l'ordre, un peu plus tard, afin de voir l'état de ma colonne vertébrale : "Elle touche ses pieds"...

"Si elle y arrive" m'entends-je répondre, prise d'une envie subite d'éclater de rire !

Il a immédiatement eu droit au surnom de Dr "El Touch" !

Et je crains que ce docteur-là ne touche pas sa bille !...

 

Il me prescrit néanmoins une liste de soins. Tous les soins rhumatologiques proposés par les thermes en fait, hormis les étuves et les douches à forte pression.

18 séances de "boue", 18 séances de "gym en piscine", 9 de douches sous-marines, 9 de douches térébenthinées, 9 d'hydromassages et 9 de massages. Soit un total de 72 soins répartis sur 18 jours.

 

Dans l'après-midi, munie de cette ordonnance, je dois me rendre aux thermes pour que l'on construise mon planning.

 

Mais en attendant, nous allons manger un bout sur les balcons de l'Adour.

Rendez-vous sur Hellocoton !


Écrire commentaire

Commentaires : 0